Invitation au deuxième camp international de la jeunesse de la région nord-américaine

Invitation au deuxième camp international de la jeunesse de la région nord-américaine

La Via Campesina - On recherche la participation de jeunes et dynamiques militants de l’Union paysanne. Pendant six jours de jeunes paysans en provenance du Mexique, du Québec et du Canada, des États-Unis se forgeront des liens en partageant leurs expériences et leurs connaissances.

Tout en travaillant dans un cadre international, ils identifieront leurs défis communs pour ensuite trouver des pistes de solutions.

Ce processus doit nous permettre de faire en sorte que les jeunes paysans québécois, canadiens et états-uniens se sentent plus impliqués avec le mouvement paysan international, aussi bien que de faciliter des conversations solidaires entre des jeunes paysans nord-américains de toutes les latitudes. Ces jeunes paysans de différentes nationalités et de diverses ethnies pourront ainsi collaborer à la réalisation de la souveraineté alimentaire.

Au cours des dernières décennies, le système alimentaire de l’Amérique du Nord a subi des changements drastiques. La mondialisation et l’industrialisation de la production et la consommation des aliments ont eu des effets néfastes sur nos paysans et nos collectivités rurales. Depuis 1994 l’ALENA a instauré une concurrence féroce entre les agriculteurs des trois pays ce qui a dévasté les petites fermes et les communautés paysannes de tout le continent nord-américain. Actuellement au Canada et aux États-Unis, les agriculteurs ne représentent que 2% de la population. Selon les statistiques officielles du Canada, le nombre d’agriculteurs âgés de moins de 35 ans a baissé de 62% entre 1991 et 2006.

Pendant que l’Amérique du Nord perd ses paysans et agriculteurs, il y a de plus en plus de spéculation sur les terres agricoles et le prix de la terre est en hausse. Au plan international, les populations les plus vulnérables sont les victimes de la volatilité accrue du système alimentaire mondial. Actuellement le mouvement mondial des jeunes paysans figure comme l’un des plus importants thèmes sociaux et politiques. Via Campesina est devenu un leader international de ce mouvement de par sa création d’un réseau mondial de jeunes paysans qui travaillent ensemble dans l’édification de la souveraineté alimentaire en tant qu’alternative au système alimentaire mondial existant.

La Via Campesina reconnaît la nécessité d’une renaissance agricole comportant des solutions sociales, politiques, économiques et environnementales aptes à ramener les jeunes à la campagne. En Amérique du Nord, particulièrement au Québec, au Canada et aux États-Unis, les organismes membres de la Via Campesina sont peu nombreux et leurs ressources sont très limitées. Pour bâtir ce mouvement essentiel, il nous faut chercher nos alliés. En effet, au niveau local, régional et national, beaucoup d’ONG et d’organismes de la jeunesse travaillent déjà à l’édification de la souveraineté alimentaire.  La tenue de ce Camp de la jeunesse de la Via Campesina de l’Amérique du Nord nous fournira une excellente occasion de construire des partenariats stratégiques entre les jeunes des organismes alliés et les jeunes de la Via Campesina.

 

Participants et inscription

Lieu et date de la rencontre

  • Du 10 au 16 août 2011
  • Saving Seeds Farm, Sedgewick, Maine, Etats-Unis, chez Bob St. Peter, de Food for Maine’s Future et la National Family Farm Coalition.

Nous recherchons 2 à 4 délégués membre de l’Union paysanne.

  • Les délégués doivent avoir entre 18 et 35 ans. Exceptionnellement des candidats de plus de 35 ans seront admissibles, surtout s’il s’agit de nouveaux agriculteurs.
  • Il faut la parité de genre entre les délégués d’un même organisme. (1 homme et 1 femme ou 2 hommes et 2 femmes)
  • Les délégués doivent être des membres en règle de leur organisme et connaître son histoire et ses principes de base. Ils doivent être en mesure de communiquer le vécu de leur organisme et de leur ferme et de partager leurs expériences.

 

Des jeunes qui vivent sur la ferme de leurs parents peuvent être admissibles même s’ils ne sont pas officiellement des agriculteurs. Il y aura une aide financière pour le déplacement des délégués québécois et canadien. Pour les délégués du Québec et du Nouveau Brunswick, le covoiturage est recommandé. Il vous faut une tente ou nous informer si vous n’en avez pas.

Il y aura traduction en français, anglais, espagnol

Contacter l’Union paysanne pour participer

Courriel : paysanne@unionpaysanne.com

Union Paysanne

Force collective organisée et représentative regroupant ceux et celles en faveur d’une agriculture et d’une alimentation paysannes. Nous voulons pratiquer une agriculture à échelle humaine, viable à long terme, respectueuse de l'environnement, axée sur la souveraineté alimentaire et l’occupation du territoire.

Laisser un commentaire