déclaration de principe

Déclaration de principe

L’UNION PAYSANNE a pour but de regrouper en une force collective organisée et représentative tous ceux qui sont en faveur d’une agriculture et d’une alimentation paysannes pour faire contrepoids au monopole de représentation syndicale et au puissant lobby de l’industrie agro-alimentaire et des promoteurs du libre échange en faveur d’un modèle industriel d’agriculture. 

(English version will follow)

L’UNION PAYSANNE préconise une agriculture axée, d’une part sur la souveraineté alimentaire, en vue de procurer à notre population une nourriture saine et diversifiée, dans le respect de la nature, des sols, des animaux, de l’environnement et des communautés; d’autre part, sur l’occupation du territoire, de façon à assurer le maintien de campagnes vivantes avec des paysans nombreux.

L’UNION PAYSANNE favorise également la foresterie et la pêche paysannes, afin que l’exploitation de ces ressources ne profitent pas qu’aux grandes exploitations d’exportation mais permettent aux citoyens des régions où elles sont localisées d’en tirer leur subsistance et leur développement, dans des entreprises diversifiées, à échelle humaine et familiale. La pêche côtière et la forêt périphérique devraient être réservées à l’exploitation paysanne.

L’UNION PAYSANNE soutient que, pour atteindre ces objectifs, il est nécessaire de rétablir la liberté syndicale dans le monde agricole et de modifier la loi qui autorise l’accréditation d’une seule association pour représenter les agriculteurs, de façon à permettre à l’Union paysanne, une union constituée selon la loi des syndicats professionnels, de représenter officiellement les producteurs et citoyens concernés par la production et l’alimentation paysannes.

L’UNION PAYSANNE favorise un régime agricole qui soutient et encourage :

1- Les fermes à échelle humaine, autonomes, diversifiées, créatrices d’emplois locaux, facilement transmissibles.

2- La transformation et la mise en marché à la ferme ou dans des petites entreprises à caractère local, régional ou spécialisé;

3- Des pratiques agricoles respectueuses des sols, des animaux, de l’environnement et de la santé des humains, par exemple :

  • la rotation des cultures
  • le pâturage et l’accès des animaux à l’extérieur
  • la gestion solide des fumiers, l’utilisation des litières et le compostage des fumiers
  • limitation du nombre d’animaux à la capacité des terres cultivée
  • la protection et la conservation de la biodiversité agricole
  • la protection des cours d’eau et des nappes d’eau souterraines, des boisés et des paysages
  • la gestion collective des bassins versants
  • l’autosuffisance alimentaire pour les animaux de la ferme et une liste autorisée d’aliments et d’intrants, excluant les farines carnées, les hormones et antibiotiques comme facteur de croissance
  • l’élimination des produits de synthèse, des OGM, du brevetage du vivant et de l’irradiation des aliments
  • la taxation des intrants qui entraînent des coûts sociaux et environnementaux, incluant l’énergie

4- L’ouverture du statut de producteur, des programmes agricoles et des structures de production et de mise en marché (plans conjoints, quotas, réglementation, crédit agricole, zonage, etc.) pour faire de la place aux nouveaux producteurs, aux jeunes, aux producteurs à temps partiel, aux producteurs-transformateurs, à la vente à la ferme, à l’agriculture de proximité et de diversité;

5- La démocratie rurale qui redonne à l’ensemble des citoyens ruraux le pouvoir d’aménager leur territoire et de se prononcer sur les projets industriels locaux par référendums décisionnels.

UNION PAYSANNE’S POLICY STATEMENT

THE UNION PAYSANNE aims to gather within an organized and representative collective force all those in favour of small-scale agriculture and food to counterbalance the trade union monopoly, the powerful agro-business lobby and the free-trade advocates in favour of an industrial model of agriculture.

THE UNION PAYSANNE promotes, on the one hand, food sovereignty-based agriculture aimed at providing healthy and diversified food to our population, while respecting nature, soil, animals, the environment and communities; on the other hand, our agriculture must be based on land occupancy, in order to maintain a viable countryside with numerous small farmers.

THE UNION PAYSANNE also advocates for small-scale logging and fishing as a way of making sure the harvesting of these resources not only benefits large-scale export operators, but also allows local citizens to make their living within diversified, human-scale and family businesses. Coastal fisheries and peripheral logging must be earmarked for small-scale operations.

THE UNION PAYSANNE asserts that, in order to reach these goals, it is essential to reinstate freedom of association in the agricultural domain and to modify the law that allows the certification of only one union to represent farmers. This will allow the Union paysanne, a union established under the Professional Syndicates Act, to officially represent farmers and citizens concerned about small-scale farming and food production.

From the Union paysanne’s Policy Statement.

Voir aussi le version française de cette déclaration de principe ici : Déclaration de principe de l’Union paysanne

* The following represents that towards which the Union paysanne strives all the while believing we must accompany farmers at their level, without excluding them.

THE UNION PAYSANNE advocates for land tenure that supports and encourages:

1. Human-scale farms, autonomous, diversified, job creating and easily transferable.

2. Processing and marketing on site at the farm or within small local, regional or specialized businesses.

3. Agricultural practices that respect the soil, animals, the environment, and human health, for example:

  • Crop rotation
  • Pasture and outdoor access for animals
  • Solid manure management
  • Herd sizes limited by cropland capacity
  • Protection and conservation of agricultural biodiversity
  • Surface and groundwater, woodland and landscape protection
  • Collective watershed management
  • Feed self-sufficiency, when possible, and a list of authorized feeds and inputs, excluding bone meal, hormones and livestock growth antibiotics
  • The elimination of synthetic inputs, like GMOs

4. Broadening of the definition of producer, of agricultural programs and of production and marketing infrastructure (joint plans, quotas, regulatory control, farm credit, zoning, etc) to make way for new producers, young farmers, part-time producers, producer-processors, marketing on site at the farm, and local, diversified agriculture.

5. Rural democracy, re-empowering all rural citizens on land-use planning issues and having their say on local industrial projects through binding referenda.