Octobre 2019  ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌
L'Union Paysanne
 
 

Pesticides : le Québec s’en sortira-t-il?

Pesticides : le Québec s’en sortira-t-il? 

La commission sur l’agriculture, les pêcheries et les ressources naturelles (CAPERN) a tenu ses audiences sur les pesticides en agriculture à la fin septembre. On pouvait y entendre essentiellement deux discours : un premier provenant des utilisateurs ou des commerçants de pesticides qui nous disent en gros qu’ils sont utiles, voire indispensables à la production d’aliments. Le second, des rangs des gens de la santé ou de l’environnement, soutient que leur usage est néfaste et qu’il faut viser une réduction rapide de leur emploi. (...)

Lors de sa présentation, l’Union paysanne a fait valoir que l’emploi de pesticides est intimement lié à la monoculture et la spécialisation. Difficile en effet d’imaginer une monoculture de maïs de 2000 ha sans avoir recours aux herbicides, dont le maintenant tristement célèbre Roundup. À l’inverse, ce besoin est nettement moins présent dans le cas de productions diversifiées, en rotation. (...) D’autre part, la production biologique fait depuis longtemps la preuve qu’on peut se passer de pesticides de synthèse.

Toutefois, la récente politique bioalimentaire du gouvernement vise précisément un accroissement de nos exportations et une augmentation de nos importations, le tout contribuant à une diminution marquée de notre taux d’approvisionnement. Vous avez bien lu : le gouvernement vise une plus grande dépendance de notre alimentation face aux importations ainsi qu’une dépendance accrue de notre agriculture face aux exportations. En somme, l’État vise à augmenter les conditions qui nous rendent dépendants des pesticides. Sommes-nous vraiment sur la bonne voie?

De plus, problème soulevé par plusieurs, les normes encadrant l’usage de pesticides varient beaucoup d’un pays à l’autre et nos tablettes regorgent maintenant de produits contaminés par des pesticides, à des concentrations qui ne sont pas nécessairement autorisées par notre production locale. La politique bioalimentaire vise pourtant de plus grandes entrées de ces produits.

Espérons que la CAPERN réussira à émettre des recommandations pertinentes à ce sujet.

Maxime Laplante, agr, président

16 octobre : journée internationale d'action contre les Sociétés transnationales et pour la souveraineté alimentaire

La Via Campesina 

Un appel de mobilisation mondiale est lancé à l'occasion de la Semaine de mobilisation populaire à Genève du 12 au 19 octobre, afin de réclamer la primauté des droits des peuples devant les mégaprojets destructifs et les investisseurs sauvages, des conditions de travail abusives et les profits astronomiques des entreprises ainsi que l'impunité de ces dernières. Fin à l'impunité des sociétés transnationales!

Au sein de cette mobilisation, les organisations de la Via Campesina, dont fait partie l'Union paysanne, continuent de lutter pour faire reculer l'influence du secteur privé avec ses menaces envers les droits humains. Ces luttes sont liées à l'accaparement des terres, à l'agriculture industrielle, aux industries extractives, aux OGM, aux produits et semences agrochimiques et aux grandes fusions (Monsanto-Bayer, par exemple). L'Union paysanne soutient que pour atteindre la souveraineté alimentaire la paysannerie a besoin de ses droits!

(...)

Au Québec, la paysannerie est confrontée à des politiques gouvernementales défavorables en matière de production et de commercialisation; elle est soumise à de mauvaises conditions de travail, à des restrictions de production, une absence de liberté d'association, des règlements inadaptés à son échelle de production, se retrouve en compétition avec des géants de l'agribusiness et est souvent victime de criminalisation lorsqu'elle décide de simplement nourrir sa communauté. De plus, la biodiversité, dont dépend la paysannerie pour construire ses systèmes alimentaires durables, est en déclin. Selon Maxime Laplante, président de l'Union paysanne, ces conditions inacceptables sont le résultat de l'avidité des sociétés transnationales qui ont main-mise sur notre système agricole, avec la complicité de l'Union des producteurs agricoles, en faveur d'une agriculture industrielle et d'exportation.

(...)

Toutes et tous ensemble le 16 octobre, journée internationale d'action contre les sociétés transnationales (STN) et pour la souveraineté alimentaire!

Pour aller plus loin:

-La Via Campesina ( https://viacampesina.org/fr/16-octobre-2019-journee-internationale-daction-pour-la-souverainete-alimentaire/ )

-la Déclaration des Nations Unies sur les droits des paysans et autres personnes travaillant dans les milieux ruraux ( https://www.unionpaysanne.com/divers/daration-des-droits-des-paysannes-et-des-paysans/ )

- stopcorporateimpunity.org

Analyse des interventions à la commission parlementaire sur les pesticides

 

Après avoir assisté à toutes les représentations de la Commission parlementaire sur les pesticides dans la semaine du 23 septembre au 26 septembre, Alexandre B. Couture, étudiant à la maitrise en agroforesterie et stagiaire à l'Union paysanne, nous a préparer un compte-rendu.
Cliquez sur le lien ci-dessous pour y accéder!
Bonne lecture!

Journée de l'institut Jean Garon

institut Jean Garon logo 

Messieurs Guy  Debailleulet Michel Saint-Pierre, co-présidents de l'institut Jean Garon, vous invitent à une journée de réflexion su sur l'avenir de la protection du territoire agricole.

LE MARDI 12 NOVEMBRE 2019 DE 14H00 À 16H30

LIEU : MUSÉE NATIONAL DES BEAUX-ARTS DE QUEBEC
SALLE MULTI-MEDIA DU PAVILLON CENTRAL
(Entrée par le Parc des Champs de Bataille)

ANIMATEUR : monsieur Nicolas Mesly

Notez que cette activité sera disponible par web diffusion sur le site www.garon.tv 

Veuillez confirmer votre présence: info@institutjeangaron.com