février 2020 ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌
UNION PAYSANNE
 
 

La Chronique Paysanne

Édition de janvier 2020

L’impact économique de l’agriculture industrielle

  200215 16h56

Depuis longtemps, on se doute des méfaits de l’agriculture industrielle sur la santé humaine, sur le bien-être des animaux, sur les communautés rurales. Ces conséquences sont souvent difficiles à quantifier. Mais les véritables coûts commencent à émerger. Les compagnies Bayer et BASF viennent d’être condamnées à payer 265 millions à un fermier pour avoir endommagé sa production de pêche avec un pesticide, le dicamba.

Pendant ce temps, au Québec, le gouvernement envisage dépenser 70 millions en argent public pour compenser la hausse du compte de taxe des agriculteurs, à la demande de l’UPA. Comme par hasard, cette hausse de la valeur des terres se fait principalement sentir dans les régions dépendantes des subventions comme l’ASRA dans le porc et le maïs.

Le gouvernement fédéral versera près de 4 milliards aux fermiers en compensation pour les conséquences des accords de libre-échange. En plus de ce qui est déjà versé en subventions par les deux palliers de gouvernement.

En prévision des changements climatiques, l’industrie agricole du Québec annonce déjà son intention d’obtenir plus de subventions, alors qu’elle contribue largement à l’augmentation de la production de gaz à effet de serre.

Depuis sa fondation, l’Union paysanne propose de remplacer graduellement les subventions par un Contrat vert, une entente entre l’État et les fermes qui acceptent de contribuer à la protection de l’environnement, à l’approvisionnement de notre population et à la création d’emplois en région. La paysannerie est une solution économiquement rentable pour notre société. La paysannerie représente une façon de concilier la protection des ressources et l’économie. L’agriculture industrielle a largement démontré qu’elle coûte très cher à notre société.

Maxime Laplante, agr, président

Un grand moment moment pour la paysannerie!

Ministre agriculture André Lamontagne 

C'est plus de 100 personnes qui ce sont réunies à la ferme Guyon, à l'invitation de l'Union paysanne, les 15 et 16 février, afin d'envisager le futur de la paysannerie au Québec.

Preuve de notre dynamisme, le ministre de l'agriculture André Lamontagne en a profité pour annoncer deux importants projets pilotes, soit un projet d'abattage à la ferme et un projet et la permission de préparer à la ferme un aliment cuit contenant du lait cru provenant de la ferme, autre que du lait de vache. 

Reste à voir comment ces mesures seront mises en place. Nous vous tiendrons au courant!

Lancement de la première bière en soutien à la paysannerie

Photo La Chouape 

Ce samedi 15 février, l'Union paysanne a procédé au lancement de sa première bière bénéfice dans le cadre de son événement annuel en présence du ministre de l'agriculture, monsieur André Lamontagne. Nommée La Paysanne, cette session IPA, brassée par la microbrasserie La Chouape, est la première bière québécoise dédiée au soutien à la paysannerie. À chaque bouteille vendue, 0,30$ sera remis à l'Union paysanne. Le projet a aussi été possible grâce à la précieuse collaboration du graphiste et illustrateur Mathieu Fortin, de Anorak Studio et Wazak, qui a brillamment illustré la paysannerie sur l'étiquette de la bière.

Demandez-là à votre épicier!


Connaissez-vous les services de l'Arterre?

 

Afin de réaliser leur désir de transmission des apprentissages et assister à la poursuite de leurs activités agricoles, les agriculteurs cédants ont désormais accès à un service gratuit visant le jumelage avec une relève non-apparentée : L’ARTERRE. Offert dans plus de 70 MRC au Québec, le service L’ARTERRE a déjà permis d’effectuer plus d’une trentaine de jumelages dans toute la province. Si vous êtes prêts à faciliter l’accès au monde agricole pour une relève ou vous connaissez des producteurs agricoles qui veulent transférer leur entreprise, contactez L’ARTERRE et contribuez au dynamisme de notre territoire agricole.

Enquête sur les reconversions professionels en agriculture

 

Dans le cadre d'une thèse de doctorat en sociologie, une étudiante est à la recherche de personnes ayant déjà réalisé un emploi pendant au moins 3 ans hors du domaine agricole et qui ne sont pas issues de parents agriculteurs (idéalement).

Participation : Une entrevue d’environ une heure à l’endroit qui vous convient et au moment de votre choix.

Avantages : Il n’y a pas d’avantage particulier à participer à ce projet de recherche. Vous contribuerez cependant à une meilleure compréhension de motivations qui poussent les personnes à devenir agriculteurs, ainsi que sur les défis et les transformations que ces bifurcations engendrent. Vous aurez la possibilité de recevoir les résultats généraux de cette recherche.

Pour participer: 

Mélissa Moriceau Université de Montréal Doctorat en sociologie (438) 530 3852


pesticides

Action anti-pesticides


Les citoyens ont clairement indiqué qu'ils ne voulaient pas de ce pesticide - le chlorantraniliprole - dans nos cours d'eau. Plus de 20 000 noms seront livrés directement dans les mains du ministre Charette le 25 février à 15h. Venez en grand nombre et disons le clairement, les pesticides c'est la voie du passé en agriculture.

L'événement Facebook : 
La pétition :